Développement durable : le Plan d'Économie Climat Communal (PECC)

Qu'est-ce que le Plan Energie Climat ?

Pour lutter contre le réchauffement climatique, on estime qu'il faudrait diviser par quatre nos émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2050. Il nous faut donc réduire massivement le recours aux énergies dites fossiles : pétrole, gaz et charbon.

Les énergies nouvelles ou durables ne pourront, sans doute, à elles seules répondre quantitativement à la demande de consommation si celle-ci reste en l'état.

La puissance publique et notamment les collectivités territoriales doivent donner l'exemple en réduisant significativement la consommation énergétique globale et en encourageant le développement des énergies renouvelables. 

La loi de programme du 13 juillet 2005 fixant les orientations de la politique énergétique impose de réduire de 2% par an d'ici à 2015 et de 2,5 % par an d'ici à 2030 l'intensité énergétique finale (le rapport entre la consommation d'énergie et la croissance économique).

Pour faire suite au Grenelle de l'Environnement, un projet de loi prévoit que les communes de plus de 50000 habitants élaborent des Plans Énergie Climat Territoriaux. Bien que la commune de Mûrs-Érigné ne soit pas dans l'obligation de réaliser ce plan, sa politique environnementale la pousse à y réfléchir. Un Plan Énergie Climat regroupe l'ensemble des politiques visant à lutter contre les émissions de gaz à effet de serre. Il s'agit d'une démarche de développement durable axée sur l'effet de serre permettant de mobiliser l'ensemble des partenaires et des acteurs locaux de la collectivité.

Que l'on soit décideur local, employé ou simple citoyen, nos choix et actions quotidiennes ont un impact très important sur les émissions de gaz à effet de serre. De plus, par leurs décisions directes, les collectivités locales sont responsables d'environ 15% des émissions à effet de serre.
Face à la raréfaction des ressources et consciente que les besoins sociaux, environnementaux et économiques doivent être traités ensemble pour l'obtention de résultats tangibles sur le long terme, la commune a déjà réalisé de nombreuses actions.  Le Plan Énergie Climat est une excellente opportunité de les recenser, de les organiser, de les renforcer et de leur donner du sens.

Depuis plusieurs années, la commune porte une attention particulière à divers secteurs : les bâtiments communaux, l'éclairage public, les véhicules municipaux, les énergies municipales et les espaces verts.

Le Plan Communal d'Économie d'Énergie

Des travaux d'isolation, de rénovation des chaufferies, de mise en place de régulations et de programmations du chauffage on été engagés par la commune de Mûrs-Erigné, mais pas de manière systématique sur l'ensemble des bâtiments. Les travaux réalisés pour les nouveaux bâtiments (l'hôtel de ville, la cuisine centrale, etc.) suivent une conception basse consommation et bioclimatique. Nos bâtiments ne suivent pas encore cette conception. Il existe donc potentiellement un gisement d'économies d'énergie dans le patrimoine communal.

Ce qui a été fait

Depuis 2005, la commune a déjà agi sur de nombreux leviers : énergie, espaces verts, éclairage, bâtiments, transports, etc. La prise en compte du développement durable a mobilisé l'ensemble de la collectivité, élus et fonctionnaires, dans un même objectif d'exemplarité. Les choix politiques, techniques et énergétiques menés depuis quelques années nous permettent d'économiser chaque année entre 10 000 et 12 000 euros.

 

Bâtiments

Pour réduire les consommations d'énergie un audit des bâtiments communaux et du parc informatique a été mis en place.

  • Le chauffage est arrêté du 15 avril au 15 octobre sauf demande motivée et validée de l'autorité territoriale (Maison de l'enfance notamment).
  • La température ambiante ne dépasse pas 19° C en période de chauffe.
    Les chauffe-eau sont arrêtés du 15 juin au 15 août dans les salles communales.
  • Les chaudières à fuel ont été supprimées dans tous les bâtiments, dernière en date celle de la salle de sport Myriam Charrier en 2007. Le choix de chaudières performantes (à condensation ou haut rendement) nous a permis de réduire jusqu'à 40% les factures énergétiques par exemple sur cette salle. L'économie financière réalisée est de 30% sur les coûts de consommation soit 27 tonnes de CO2 GES en moins (gaz à effet de serre), c'est l'équivalent de 135 arbres plantés ou 123 000 km parcourus par une voiture à essence.

Depuis 2005, la commune a procédé à l'enfouissement des réseaux et à la pose de régulateurs et variateurs de tensions.

Pour pallier à la surconsommation, elle a mis en place une installation " variable-permanent " qui couvre 20% du réseau. Il s'agit d'éteindre un lampadaire sur deux au coeur de la nuit (économie de 50% d'énergie entre 22h30 et 6h00). Les candélabres sont munis d'un réflecteur qui n'éclaire que le sol, leur efficacité est ainsi renforcée. Un éclairage maîtrisé assure la sécurité et le bien être des habitants et limite les nuisances.
Toutes les lampes sont désormais remplacées systématiquement par des modèles basse consommation. Elles consomment désormais 70w au lieu des 100w des boules actuelles.

 

Éclairage

En France, l'éclairage public s'élève à 23% de la facture globale d'énergie d'une commune et 48 % de sa facture d'électricité. L'éclairage public est le deuxième grand poste du bilan énergétique d'une commune et constitue le premier poste de consommation d'électricité.
Plus d'infos sur le site de l'Association Nationale pour la Protection du Ciel et de la Nuit (ANPCN)

 

Transport

La commune a enrichi son réseau de pistes, de bandes cyclables et de chemins piétons.
Des abris à vélos ont été installés.
Elle a investi dans trois véhicules de service fonctionnant au gaz naturel de ville (deux en 2005 et 1 en 2006).

 

Énergies renouvelables

Après la mise en place d'un chauffe-eau solaire dans la nouvelle cuisine centrale, la commune de Mûrs-Érigné a réalisé en 2009 une centrale photovoltaïque de 365m² sur les toits des écoles municipales Bellevue (maternelle et primaire).

Les panneaux photovoltaïques

Deux générateurs photovoltaïques raccordés sur le réseau de distribution publique sont installés sur les toitures des écoles maternelle et primaire Bellevue, dont les toitures profitent d'un ensoleillement plein sud. L'investissement devrait être rapidement rentabilisé pour générer ensuite des recettes d'exploitation.  L'installation des 350 m2 de panneaux photovoltaïques sur le groupe scolaire Bellevue est subventionnée à hauteur de 68%. Cette réalisation fut en partie financée par le Conseil Général et les fonds européens FEDER . Elle permet la production de 52 000 kWh/an d'électricité verte, soit un retour sur investissement de 2,5 ans pour un investissement initial de 240000 euros.

La convention CE2  signée entre Mûrs-Érigné et EDF a permis l'obtention des Certificats d'Economie d'Energie correspondants. Ainsi la commune réduit ses coûts en chauffage et compense ses coûts en investissement en revendant à EDF les certificats correspondants.

L'équipement en panneaux solaires des logements à loyer modéré du 42 route de Nantes a permis de faire une économie de 40% sur le coût de l'eau chaude sanitaire ; la construction, rue des Alouettes, de logements HLM bois avec 165 m2 de panneaux photovoltaïques  sont d'autres exemples des actions engagées par la commune.

L'avantage est double, ces investissements permettent non seulement de réaliser des économies financières mais aussi de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

 

Espaces verts

Depuis 2005 la commune s'est  occupée de la réfection des trottoirs poreux qui sont propices au développement des mauvaises herbes :

  • 500 arbres sont plantés chaque année, et cela pendant 5 ans, sachant qu'un arbre représente en moyenne 10 500 feuilles de papier, et compense l'émission de 200 kg de CO2 environ, ce sont donc 500 tonnes de CO2 compensés soit l'équivalent de 56 fois le tour de la terre avec un véhicule à essence (thermique).
  • La fréquence des tontes est restreinte à 6 ou 7 tontes annuelles au maximum.
  • Zéro phytosanitaire sur la commune
    Pour faire suite au durcissement des règles d'usage impulsées par l'Union Européenne, la commune a fait le choix d'anticiper la législation et de protéger activement l'environnement et la santé de ses habitants contre les dangers des produits toxiques. Pour faire suite au constat de la pollution permanente de nos cours d'eau, la municipalité a décidé de ne plus utiliser de désherbant chimique pour nettoyer les trottoirs et allées communales. Cette pratique est effective depuis octobre 2009. Aujourd'hui, aucun produit phytosanitaire (ou chimique) n'est utilisé sur le territoire communal. Les services techniques espaces verts ont remis en question leurs méthodes de travail qui demandent désormais une souplesse et une adaptation permanente.

Le plan d'actions pour l'énergie durable

La politique énergétique communale permet aujourd'hui de faire de réelles économies financières. Le bilan carbone des services municipaux a été réalisé. Riches de ces quelques années d'expérience et face à une crise financière que chacun d'entre nous subit jusqu'au coeur de son foyer, l'équipe municipale vous propose de mettre en place un ensemble d'actions dont le but principal sera de vous permettre de faire des économies d'énergie. Dans quelques mois, notre ville présentera son plan d'actions pour l'énergie durable, c'est-à-dire les moyens envisagés afin d'atteindre les objectifs fixés. Aujourd'hui, la commune s'engage encore davantage et de façon très concrète.

Nous attirons à nouveau votre attention sur les cinq secteurs précis sur lesquels il est possible d'influer et donc d'agir : les bâtiments, l'éclairage, les véhicules, les énergies et les espaces verts.

  • Les bâtiments
    Les actions :
    - Mise en place d'un tableau de bord des consommations énergétiques de chaque bâtiment.
    - Etat des lieux des programmations des éclairages, des ventilations et du chauffage.
    - Etude des contrats d'entretien de chaque bâtiment.
    - Meilleure gestion de l'utilisation des salles communales.
    - Arrêt du chauffage du 15 avril au 15 octobre sauf demande motivée et validée de l'autorité territoriale (Maison de l'enfance notamment).
    - Température ambiante de 19° C en période de chauffe.
    - Arrêt des chauffe-eau du 15 juin au 15 août dans les salles de sport et au stade. 
    - Remplacement des menuiseries de l'école Bellevue.
    - Révision de l'éclairage du centre de loisirs Bouessé et de la salle de sport Myriam Charrier.
    - Sensibilisation de tous les utilisateurs sur les consommations énergétiques.
    - Une vision au cas par cas comment réduire l'éclairage des bureaux à l'Hôtel de Ville. 
    - Conception basse consommation et bioclimatique des nouveaux bâtiments.
  • Les énergies renouvelables (hydraulique, biomasse, solaire, éolien, géothermie) sont particulièrement bien adaptées à la recherche d'un développement local durable. Concernant les collectivités locales, la production et l'utilisation d'énergies renouvelables présentent de nombreux avantages (impact positif sur l'aménagement et l'économie, création d'emplois locaux et revenus complémentaires, etc.).
    Les actions :
    - Projet d'une filière bois (voir ci-dessous).
    - Installation d'un chauffe-eau solaire salle Myriam Charrier.
  • Les véhicules
    Les véhicules et engins municipaux sont très hétérogènes, la consommation de carburant représente en moyenne 10% du budget énergétique des communes et ceci quelle que soit leur taille. Mûrs-Érigné s'interroge aujourd'hui entre continuer à développer le GNV (Gaz naturel véhicule) ou passer aux véhicules électriques.
    Les actions :
    - Faire un état des lieux des consommations par véhicule.
    - Etudier l'achat de véhicules électriques et/ou gaz naturel.
    - Étudier l'installation du système Pantone (pollution supprimée à plus de 95 %, consommation divisée par 4).
    - Essayer de mutualiser les déplacements de l'ensemble du personnel communal.
    - Mettre en place un système de covoiturage sur les événementiels sur la commune.
    - Relancer l'utilisation des vélos de service sur des courtes distances... Dix sont à disposition des agents.
  • Les espaces verts
    La Ville comporte de nombreux parcs et espaces verts.
    La gestion et l'entretien d'un important patrimoine végétal occasionnent annuellement de grandes quantités de déchets verts. D'autre part, certains bâtiments communaux ont des factures énergétiques très élevées.
    Les actions :
    - Analyse de la filière bois-énergie afin de valoriser le bois des haies et chauffer le centre culturel Jean Carmet, la maison de l'enfance, l'école maternelle et primaire Bellevue grâce à un réseau de chaleur ou une simple chaudière à bois déchiqueté.
    - Une politique de boisement des terrains, jusque-là non forestiers, ainsi qu'une exploitation raisonnée, peuvent contribuer à fixer davantage de carbone et donc pallier l'impact des émissions de CO2 de façon temporaire.
    - Plantation de 500 arbres par an pendant 5 ans.
    - Réduction du nombre de tontes.
  • L'éclairage public
    Les consommations d'éclairage public sont, en général, à la hausse, le plus souvent du fait de l'extension du réseau.
    Les actions :
    - Réalisation d'un inventaire technique.
    - Arrêt de l'éclairage public sur toute la commune de minuit à 5h.
    - Poursuite du programme de remplacement des lanternes 125W par des 70W.
    - Poursuite de l'installation de « variable-permanent » (-20%).